Le sifflement

Un pêcheur informé est un homme averti. Il nous faut toujours prendre connaissance du bulletin météo pour permettre une sortie de notre repère. Plus les années passent et j’observe qu’une détérioration des prévisions de temps s’opère. Nous n’avons absolument pas une perte de connaissance atmosphérique, un niveau médiocre de météorologie, bien au contraire. Notre tendre terre est déboussolée et ne parvient plus, face à notre trop grande activité à conserver des cycles cohérents. Alors en homme averti, je décide de sortir mes cannes, avec une vérification le jour même des conditions climatiques, quitte à devoir affronter une très forte frustration si les nuages obscurcissent les futées.

C’est ainsi que je pris la route un jour de tempête annoncée, alors que le ciel était claire semé de fils de cotonneux nuages. Avec satisfaction, mon arrivée au domaine est accueillie par un éclat de sommeil ; au bord des rives, il y a quelques verdiers et mésanges, et surtout des salmonidés. Je peux dans ces conditions  débuter avec ma 8 pieds en fibre de verre, soie de 5. Cette canne est d’un jaune chaud, comme un bambou clair, qui se fond pourtant dans les roseaux. Je reste à observer, en ce début d’après midi, la surface immobile de l’eau. Le froid s’est retiré, emportant avec lui son emprise de glace, seules de petites bourrasque de vent viennent troubler le vert profond de l’étendue. L’activité est inexistante, mis à part des sillons qui filent sous la surface qui me laisse penser qu’elles sont légèrement en activité sous le plafond aquatique. Un air me trotte dans la tête et m’accompagne à l’assemblage de ma canne. Cette chanson des Red Hot Chili Peppers, « goodbye angels », est à la fois entraînante et d’un tempo raisonnable pour me permettre de profiter de ce moment délicieux de la pose du moulinet sous la poignée. Elle me rappelle mes années lycées, ce temps où tout est possible, ou la découverte humaine, littéraire, musicale vous assaille, vous bouleverse ; ce moment de votre vie où vous portez vos premiers amours et vos premières luttes en toute conscience.

img_6056
© 6piedsurleau blog

Je me suis préparé à l’éventualité, d’une piètre activité des salmonidés, alors que les eaux s’étaient figées par les températures hivernales ; je me suis activé sur des petites nymphes marrons, kakis, ou beige derrière mon atelier de montage. Je ne souhaite pas pêcher avec un unique indicateur de parapost, je me réserve cette technique pour les jours difficiles où les postes de bordures derrières de grandes savonnières ne m’offrent qu’une visibilité minime. J’ai dans ma boite un spent d’une couleur intense de feuille, même si je crains qu’au lancer cette vilaine imitation ne me vrille mon fil, je dois tenter. En repli, il me reste une petite sèche avec une flottaison très basse mais je préférerai la première imitation au couleur bien plus sombre. Pour l’instant, je m’applique sur chaque nœud, sur chaque pas qui m’approche de la rive et qui devront me permettre de poser ce train de 2 mouches spent / nymphe de type « Killer bug » revisitée.

img_6063
© 6piedsurleau blog

J’ai l’impression d’être un grand timide, au milieu du paysage sans mouvement, je n’ose pas troubler cette quiétude. Les nuages se referment au dessus de moi et l’eau prend des teintes bleus métalliques, le vent brouille légèrement la pellicule et imite les envolées d’étourneaux. Un moment de grâce flotte sur ma petite vallée, je l’achève par 2 faux lancers et une projection à plusieurs mètres vers le sole. La nymphe entre dans l’eau discrètement vue sa taille, et mon montage est bien proportionné car mon fil paraît ne pas être vrillé, le spent vient se posé en conservant une tension de fil, lentement. La langueur du tempo est primordiale sous des eaux statiques, mon nylon dégraissé disparaît à l’inverse rapidement..

Je me remémore ces temps, où avec Manu nous avions jeté nos vélos sur le bord de route et nous projetions nos fils pour imiter son grand-père. Je revois cet homme, qui gardait une odeur de bois sur lui, étant le menuisier et charpentier du village. Avec sa refendu, il marquait un arrêt qui me paraissait à mon jeune âge une projection de catapulte du moyen-âge. Le souvenir toujours présent de cette petite mouche au corps marron/orangé avec une tête en plume d’oie, me revient à chaque fois. Elle décrivait une trajectoire flottante, lorsque la soie était projetée et ainsi cette sêche se posait avec légèreté, fil tendu, juste en amont d’une roche.

img_6059
© 6piedsurleau blog

Je crois que je ne parviendrai pas à ce fil tendu, j’ai dû monter une avant pointe trop longue. Cela ne me dérange que peu, certes mon geste est peu esthétique mais je me régale à entendre parfois le sifflement discret de la soie. Mon train de 2 mouches fait fureur et à chaque posé je peux m’attendre à un gobage sur ma sèche et tout autant sur ma nymphe. Mon 12/100 s’abîme rapidement face à la cadence, je m’amuse et refait à plusieurs reprise ma pointe. Je ne croiserai, durant plus de quatre heures, aucun de mes contemporains et c’est de bonne augure. Je ne serai pas démasqué avec ce sourire béa aux lèvres, mes yeux brillants comme un enfant et mon petit sifflement sous mes allez retours de soie…

Vivement la prochaine prévision de tempête,

img_6086
© 6piedsurleau blog
Publicité

Fil, plumes & soie floss 

<

p style= »text-align:justify; »>
Vivre au rythme des saisons, nous amène à envisager d’intensifier la création de nos mouches artificielles. Le temps nous permet de moins fouler les bords des rives, et nous appelle à notre table de montage. J’affectionne ces moments où je réalise mon programme d’hiver. Car c’est l’occasion d’ouvrir les boites et d’observer les vides. C’est moins le labeur de reconstituer des séries qui m’assaille que la rêverie qui s’éveille en moi. Chaque vide, me ramène à un lieu, un moment agréable de cette saison de peche 2016.
Comme dans cette orée de bois, en mai, où les arbres montent en forme de charpente de cathédrale accompagnant le parcours mouche. Cette eau claire avec un fin courant glisse sur des gravières jusqu’au pont, puis ouvre sur des roches où je me suis accroché maintes fois, et perdu mes nymphes en masqué de lièvre. Après plusieurs lancés, et plusieurs jours j’ai piqué une petite fario. Je m’en rappelle encore jusqu’à la mousse de la roche, jusqu’au odeur d’aubépine. Voici mon plaisir d’ouvrir les boites pour refaire mon programme de montage.

<

p style= »text-align:justify; »>
Alors je citerai : « Qu’aujourd’hui étreigne le passé dans le souvenir, et le futur dans le désir » de Khalil Gibran (Le temps, les prophète, 1923)

<

p style= »text-align:justify; »>
Également ce programme va me permettre de tester de nouveaux modèles en fonction des observations de l’année. Je continue la rédaction sommère d’un livre de bord, où je note certains points de mes sorties de pêche. Je devrai développer ainsi des imitations des insectes croisés en fonction des mois. Et biensûr, je sais déjà que 2017 sera sur un nouveau terrain de jeu m’offrant de la créativité. Alors l’impatience me prend, je n’écrirai guère plus et file sortir mon fil, les plumes et la soie floss.

Je ne ménage pas mes efforts, je projette naturellement  de monter des mouches classiques car elles ont été des artificielles efficaces encore cette année. Je ne vous citerai que la « royal coachman », la « altière », la « peute », ou la « grey wulff ».