C Royal !

L’été est le temps propice à la rêverie, se prélasser devient un objectif. Pour ma part, j’avais chargé les cannes au cas où. Enfin « au cas où  » ? Je guettais le moindre sentier, glissant vers une eau, dans cette région inconnue. C’était sans compter sur un lieu idéal se dressant sur les berges de l’Aveyron et une belle rencontre, d’un voisin généreux nous proposant une partie de pêche au Fouet.

(La rivière Aveyron dans le Tarn et Garonne)

Aussitôt dit, aussitôt prêt pour découvrir une rivière avec de beaux courants. Au barrage, après l’émoi de la découverte, notre voisin M R. Roux nous partage par une main entrouverte ce qui fera notre succès de l’été. Au coup du soir, elle est l’obsession des chevesnes.

Chevesne royal ou « royal coachman » ? Dire que ce succès a presque 140 ans !

Je ne pouvais que courir à l’étau … (et oui, les cannes n’étaient pas seules dans mon coffre et dans cette région inconnue ! )

Créé par John Haily en 1878, monteur professionnel New-Yorkais, la « Royal Coachman » est un dérivé d’une mouche noyée dont le corps est en herl de paon. La noyée « Coachman » (1830) de Tom Boswort doit son nom au fait, que son inventeur était le cocher du roi de Grande-Bretagne et d’Irlande GeorgesIV.
John Haily monta donc cette mouche avec une bande de soie rouge au milieu du corps de herl de paon pour satisfaire le souhait de solidité et de résistance d’un client pêchant les eaux froides du nord des États Unis. Il y ajouta également une queue en collerette de faisan doré. Elle inspirera Lee Wulff, en 1929, qui montera ses « Gray & White Wulff » (ci-dessous photo : lemoucheux.ca).

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s